2020

Je ne sais si je dois te tutoyer, ou te flanquer d’un VOUS. Etes-vous susceptible ? Es-tu, ché bran ? êtes-vous tatillon sur le protocole ? Insistante sur les vestiges d’une bienséance qui se perd ? persistent sur la couleur de la politesse et la douceur d’un roulement des « R » lorsque les mots sont formulés dans leur intégralité ? A l’heure où les « ASKIP », et les « JSP » meublent la quasi-totalité des conversations de notre jeunesse, le mur des lamentations est partout pour qui veut bien pleurer le « bien parlé », quelle que soit la langue. 

Ce n’est pas le français, l’anglais ou l’arabe qui se meurent, l’instar du Latin : c’est le langage en soit qui s’effrite et la tour de Babel qui, comme la Venise des sens, prend l’eau. Et l’espérance de vie n’en est pas moins triste : pour certains elle agonise, pour d’autres une chimio de l’intellect est rejetée par le corps qui ne tolère pas la culture, les livres, la lenteur face à l’apprentissage.

2020, tu vois mon aimée, je t’attends comme la dictée de Bernard Pivot. Comme une enfant qui attend son 20/20, finaliste de l’année, qui écrit une histoire vraie, elle rédige sa propre dictée ; celle ou 365 jours s’enchainent et, tel du papier à musique, orchestrent des rencontres, des réalisations. Des dépassements, des surprises, des amours toujours plus grands que soi, que nos attentes : La Vie sans filtre Snapchat, sans selfie, autre que celui du reflet dans le miroir, ou du retour d’un visage, d’un vrai regard, au détour d’une vraie conversation. 

2020, un chiffre équilibré, hautement significatif, rare aussi. Et inévitable. A moi de te saisir, de te vivre, de te ponctuer régulièrement par le battement de mon cœur et de ma pleine conscience, tel un métronome, je battrai la mesure des jours et des évènements qui égrèneront le temps. Gratitude. Beaucoup de gratitude. Je traduirai les notes de musique que mon âme coloriera de sentiments, je serais fidèle aussi à ces effluves divins qui viendront au fil des soirées d’ébriété spirituelles (si si, ça existe je vous le jure !), ces saveurs que les mots sont si pauvres et si faibles à traduire. C’est très injuste de vouloir à tout prix faire parvenir le gout du miel et du chocolat, à celui qui n’a jamais gouté de sucre. Il est injuste envers le miel et le chocolat, ce ne sera jamais leur rendre justice… Car erroné. Alors vois-tu, cette année 2020 sera mon grand cru en partage de sucrerie. Faire découvrir au plus grand nombre de désireux cette saveur : celle du gout que prend l’âme lorsqu’elle est éveillée. Un ressenti tellement subtil que les sens palissent de jalousie, face à la puissance mercurienne que l’âme reçoit en salves. Le vague à l’âme, l’attachement au détachement, la définition de l’incompréhensible, autant de paradoxes inexpliqués, mais assouvis lorsque bien vécus et assimilés. Par le Cœur. Voilà le Secret. Par le cœur, l’opération à succès. La porte à la noble connaissance. Si tu savais, comme je t’ai attendue, pas parce que tu ne venais pas. Non. Je viens de réaliser que tu as toujours été là. J’étais celle qui ne voyait pas le café ou le rendez-vous avait lieu. Je n’étais pas prête. Maintenant je le suis. 

L’année du 20/20, à la dictée de la Vie. J’ai repris ma plume aujourd’hui pour commencer chaque jour à écrire un fragment d’existence, un partage authentique et sincère, avec ceux qui aiment découvrir, gouter, recevoir. Ceux qui ont l’âme éveillée, l’âme amoureuse d’un perpétuel état d’AMOUR, l’âme singulière, l’âme sensible. Ceux-là ne s’abstiendront pas de m’accompagner cette année… en vain.  

There is beauty where your sight lays

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :