On ne sait pas que la santé nous guette. Pour nous faire un pied de nez, un rappel à l’ordre . On ne sait pas quand les problèmes commencent. Les petits signes anodins sont négligés et inconsidérés jusqu’au moment où l’on se retrouve dans la salle d’attente. Flanquée d’un numéro, abasourdie dans un coin entre le gala de septembre 2016 et la couverture des 20 ans de règne de Sa Majesté… …et mes résultats d’analyse. Vais-je réussir, ou échouer ? Ce sera le résultat non pas d’un dur labeur, mais de la météo naturelle de mon corps. Mon petit corps qui ne sait pas s’il est malade. J’oscille entre le 0 et le 1 ; à cet instant où tout est possible ou, liberté et ignorance sont aussi précieux que l’oxygène l’est aux poumons. Je ne sais pas, donc je n’ai encore rien du tout. EN excellente santé. Avec des petites pannes, et cette fatalité qu’est l’horloge biologique. Son tic-tac, métronome à l’oreille, a l’effet de la goutte japonaise sur le crâne. L’usure. Inévitable, extraordinaire. L’auto censure et la schizophrénie du paramétrage du cerveau. On lutte contre le temps, à l’heure où on est anti TOUT : anti rides, anti âge, anti Temps, et la Vie dans tout ça ? en soit. Puis la victoire biaisée, On est dans l’acceptation, après la révolution. Une révolte a coup de crème, de recherche biologique, de greffe, d’interventions, d’injections. Un bras de fer sec avec la Nature Humaine. Avec le sens des aiguilles de LA VIE. Un rejet d’une phase de ralentissement et de déclin, de changement. A vrai dire, nous avons trouvé la beauté éclatante (et plus) des sexagénaires après Jane Fonda (81 ans) ou encore la Adjani (58 ans). Maintenant on parle de pro aging, on aime chantonner la silver economie, le coté argenté intemporel et le bel âge libéré des dogmes et de la dictature d’une jeunesse éternelle. Quand on survit à la vie, on est libre de la consommer sans les dictats de Sa Jeunesse. La cruauté de la beauté éphémère fait place à une autre forme d’appréciation, de valorisation de signes du temps, une douceur de la ride, une émotion dans la patte d’oie, et un charme incandescent pour un sourire sans âge, mais a la joue plissée attendrie. L’ère de la tolérance est née ! l’abolition d’une date de péremption sur les attributs féminins et leur charme est tombée. Mes analyses aussi, dans mes tergiversations sur la plastique de notre sexe, j’avais la laborantine clouée devant moi, dossier à la main et regard inquisiteur. Je priais pour avoir le visage de mère Thérésa et les résultats de Richard Virenque (cachets et dopage en moins). Tout va bien, un pic de cholestérol, il faut manger moins gras mais le bilan est bon. Je respire, me sens ridicule avec mes réflexions secondaires sur le devenir de l’élasticité de ma sangle abdominale et l’ovale de mon visage… Quelques minutes plus tôt l’incertitude et l’angoisse face à un couac de santé me décide à boucler ce chapitre : valoriser le capital que l’on a, santé et beauté. Mais la beauté réside là où on décide la voir. Le cerveau est un puissant dictateur. A lui de dicter que les canons de beauté sans la générosité du cœur et l’appréciation de l’authentiquement « âgé » (signifie ici a vécu, peu importe combien de temps), ne valent rien, que la chirurgie esthétique ne peut embellir et lutter contre la Nature sans tomber, a force d’insister, dans des travers. Que son usage ne signifie en rien que la beauté naturelle est périssable avec le temps. Ce qui est immuable est écris dans la pierre. Et par une main invisible, celle qui nous fédère tous. Autant apprécier ce que cette main nous a donné, et bonifier tout cela avec des ingrédients qui, comme nous, sont d’autant plus précieux que naturels et périssables. Je suis ravie de mes résultats : cholestérol élevé, pattes d’oies entamées, et « paresse cutanée » (on flatte le relâchement) de la 38aine naissant. Ravie, épanouie et surtout reconnaissante envers Dieu et la Vie. L’hégémonie du Bel Age a commencé.

By Naoufal Sbaoui

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :